Yana Maizel - Compagnie Errances

La Vie est une gare

ou « Je ne m’appelle pas Carmen ! »

La Vie est une gare est une pièce flamenco, théâtre et clown, conçue et créée par Yana Maizel en 2011, sur le thème de l’identité et du voyage entre cultures et pays, de la Russie vers l’Espagne en passant par la France. Elle est interprétée par Yana Maizel (danse, jeu), Thiago Vasquez (création musicale et guitare flamenca), Cristo Cortes (cante flamenco) et Dani Barba (en alternance, guitare flamenca). La pièce est en quatre langues (russe, français, espagnol et anglais), avec des textes, écrits par Yana Maizel et choisis parmi les poèmes de la poétesse russe Marina Tsvetaïeva et extraits de films d’Andreï Tarkovski.
La Vie est une gare

«

« Subtil et beau, un spectacle qui réunit théâtre et danse, musique et poésie, réflexions philosophiques et clownesques. [...] Tout au long de ce spectacle magique et riche en émotions, Yana Maizel nous conduit dans un voyage parsemé de doutes et de peurs, de rêves et d’espoirs, qui traverse les années et les frontières ; à la recherche d’une identité, inspirée par cette phrase de la poétesse russe Marina Tsvetaeva : “La vie est une gare, je vais bientôt partir. Je ne vous dirai pas où.” »
Alena Joukova, Russian Week (Canada)

« Une remarquable et singulière association du flamenco et du théâtre qui nous emmène habillement en voyage entre cultures et identités. »
Lionel Félix, Toronto International Flamenco Festival (Canada)

« Les mots écrits par Yana Maizel sont entrelacés avec de la poésie et la prose des autres poètes et écrivains. Elle emploie aussi un mélange intéressant des langues, dont le russe, l’anglais, l’espagnol et le français, tous tissés organiquement dans la toile musicale de la pièce, qui est en soi une fusion des mélodies et rythmes, avec la guitare virtuose juxtaposée aux Vocalises de Rachmaninov et aux talons sonores, tellement essentiel du flamenco. »
Julie Nelson, Cadence Canada

« Le spectacle est un voyage de l’isolement vers l’acceptation, où Yana Maizel trouve réconfort dans son art. Quand elle interprète enfin une danse traditionnelle de flamenco, son talent, ancré dans une intensité brulante, est évident pour tous. Elle arrive même à parler et danser en même temps, ce qui relève d’une prouesse de maîtrise de respiration. C’est un spectacle intelligent, qui a été crée avec un soin exquis. »
Paula Citron, Toronto Dance Review

« Un magnifique parcours initiatique et universel ! (...) Retour sur ce spectacle dont l’impact émotionnel, la force et la portée philosophique sont tels qu’il nous accompagne encore, dans notre réflexion, plusieurs jours après y avoir assisté. (...) Grâce à son talent de danseuse, de comédienne et de chorégraphe, Yana partage avec le public cette quête d’identité qui va au-delà de l’aspect autobiographique puisque celle-ci revêt une véritable dimension philosophique et universelle. Au public de s’interroger : appartenons-nous à notre pays d’origine ou plutôt au pays qui nous a construit et accueilli ? Peut-on s’approprier une culture autre que celle de nos origines ? Peut-on véritablement prendre racine dans une terre différente de celle qui est inscrite dans notre mémoire génétique ? Sans vouloir donner de réponses précises, ce spectacle nous convie à une réflexion dont le fruit appartient à chacun. C’est là aussi que réside la magie du spectacle ! »
Isabelle Jacq Gamboena, Musique Alhambra

»
0:00
0:00

Photos

Vidéos

Document